Aide et Espoir pour le Monde Tibétain

Accueil > Faire connaissance avec le Tibet > Mode de vie des Tibétains
Mode de vie des Tibétains

Toutes les versions de cet article :

Il existe 3 types de sociétés

  • nomade : Ce sont des bergers et des caravaniers. Ils élèvent des troupeaux de moutons, de chèvres et de yaks. ils vivent de trocs en échangeant le beurre, la laine, le lait, le sel ramassé au bord des lacs.
  • sédentaire : Ce sont des paysans qui vivent dans le sud du pays et qui cultivent de l’orge, du sarrasin, des petits pois, des pommes de terre, des pommiers et abricotiers.
  • monastique : 1/4 des hommes avant l’invasion chinoise vivaient dans les monastères. En exil, c’est toujours le cas.
    JPEG - 60 ko
    Jeune moine

    Revenus

    Depuis l’invasion chinoise, les nomades et les paysans ont dû s’intégrer dans des communes ou districts de travail. Le revenu moyen des tibétains est le plus bas de toute la Chine et l’un des plus bas du monde.
    Selon des chiffres chinois, pour l’année 1998, le revenu moyen annuel par habitant pour les Tibétains des zones rurales de la Région Autonome du Tibet, la "RAT", était de 1.158 yuans (US$ 144,75) alors que le revenu moyen dans les zones urbaines de la "RAT" essentiellement habitées par des Chinois, était de 5.400 yuans (US$ 675) par an.
    Il faut comparer ces chiffres aux revenus de l’ensemble de la Chine. Le revenu moyen annuel par habitant des zones rurales en Chine était de 2.162 yuans (US$ 270,25) en 1998, soit quasiment le double de celui relevé dans la "RAT" à la même période, alors que le revenu moyen annuel par habitant des zones urbaines était, en Chine, approximativement de 5.400 yuans (US$ 678,125) en 1998.

    Traditions

  • La polyandrie [1] : Coutume adoptée par certaines populations tibétaines, notamment du Ladakh (Inde du nord), qui visait à préserver la propriété agricole familiale. Plusieurs frères pouvaient épouser une même femme et plusieurs soeurs un même mari afin d’éviter une dispersion des terres qui aurait ruiné la famille. Cette coutume vitale, abolie en 1941, reste toutefois pratiquée et tolérée par les autorités.
    Il est à noter que le divorce est tout à fait reconnu, et le cas se présentant, la femme conserve sa fortune personnelle.
  • Les patronyme des Tibétains : Au Tibet, les noms de famille n’existent pas. Seules les familles riches ou connues ont des noms de famille.
    Dans la plupart des cas, le nom est composé de 2 prénoms choisi par un lama qui est consulté par les parents au moment de la naissance de l’enfant.
    Actuellement, beaucoup d’entre eux s’appellent Tenzin, en hommage à l’actuel Dalaï Lama.
    Dans la tradition, on ajoute toujours "fils ou fille de" suivi du nom des parents en précisant le village dans lequel ils vivent.

Voici la traduction de quelques noms courants :

    • Karma : étoile
    • Tsering : longévité
    • Thargyel : célèbre
    • Nima : soleil
    • Chodon : lumière de la religion
    • Tenzin : stabilité du pouvoir
    • Dolma : Un des noms de la déesse Tara qui préserve de la peur
    • Sonam : chance
    • Dolkar : Tara blanche
    • Yodon : lumière de turquoise
    • Lopsa : conseiller avisé
    • Zopa : très tolérant
    • Jingmé : courageux
    • Wangpo : autoritaire
    • Tashi : bonheur
    • Puntsok : comblé
    • Rinchen : précieux

Pour pouvoir obtenir des papiers d’état civil, les Tibétains ont tendance à adopter comme nom de famille leur 2ème prénom ou le 2ème prénom de leur père. L’association des 2 prénoms a également une signification religieuse.

Voici des exemples d’associations très courantes :

    • Tenzin Tsering
    • Tsering Dolma
    • Karma Dorjee
    • Dawa Lhama
    • Tenzin Pema
    • Tenzin Jingme
    • Pema Tsomo
    • Sonam Dolma
    • Lobsang Dolkar
    • Dolma Yangchen
  • Les katas Parmi toutes les coutumes tibétaines, la plus connue est celle qui consiste à offrir une kata, ou écharpe en soie blanche, en signe de bienvenue. Elle est généralement offerte à l’occasion d’une arrivée, d’un départ ou d’un événement particulier, comme un mariage par exemple.
    La kata est un symbole de bon augure. Elle marque d’une note positive le début d’une action ou d’une relation et souligne les bonnes intentions de la personne qui l’offre.
    Les katas sont offertes aux représentations religieuses, aux statues du Bouddha notamment, ainsi qu’aux lamas et aux personnalités officielles, tout d’abord pour demander leur aide par la récitation de prières à l’intention d’une certaine personne ou d’autres services. Accompagner une requête d’une kata indique que la demande formulée est dénuée d’intentions intéressées ou d’arrières-pensées.
  • La nourriture de base :
    • La tsampa : farine d’orge grillée,à laquelle on peut rajouter de la viande séchée de yack ou des petits cubes de fromage (résidu de petit lait) pouvant se conserver 3 ans.
    • Le thé salé au beurre rance de dri (femelle du yack) : très adapté aux conditions climatiques extrêmes.
    • Les momos : plat traditionnel tibétain, sorte de raviolis aux légumes (à la viande les jours de fête), cuits à la vapeur.
    • Le tchang : sorte de bière à base d’orge fermentée.
  • La médecine tibétaine : basée sur la théorie indienne des humeurs (la bile, le souffle,le flegme correspondent à la colère, l’avidité et la paresse.
    Un déséquilibre physique est aussi un déséquilibre spirituel.
    La prise de pouls constitue l’essentiel du diagnostic.
    Les médicaments sont à base de plantes et de minéraux sous forme de grosses pillules, de poudre et d’onguent.
  • Le calendrier : l’année, composée de 12 mois lunaires, commence au 1er jour de la nouvelle lune du mois de février. Losar, l’équivalent tibétain du nouvel-an n’est donc pas à une date fixe.
    PDF - 648.2 ko
    Calendrier tibétain 2007

Notes

[1le fait pour une femme d’avoir plusieurs maris


Aide et Espoir pour le Monde Tibétain | Les parrainages | Les actions de développement en Inde | Les activités de soutien à la cause tibétaine | Agenda | Faire connaissance avec le Tibet | Actualités sélectionnées par l’AEMT |
Plan du site | Contact |SPIP |