Aide et Espoir pour le Monde Tibétain

Accueil > Les actions de développement en Inde > Le périple de Maëlle en Inde
Le périple de Maëlle en Inde

Toutes les versions de cet article :

D’août à novembre 2006, Maëlle, étudiante en Master « Anthropologie et Métiers du Développement Durable », a effectué un stage auprès de notre association dans le cadre de ses études. Elle a contacté nos correspondants tibétains et s’est rendue dans les différents sites auprès desquels nous intervenons. Elle y a fait le point sur les parrainages et les actions collectives que nous finançons. Voici un bref résumé de son action.

Mi-août 2006, Maëlle arrive à Leh, la capitale du Ladakh. Elle prend la direction de Choglamsar, à 15 minutes de bus, pour une semaine. Elle y séjourne dans une guest house. Elle est sous le charme du Ladakh, et de ses monastères perchés sur des montagnes arides. Elle constate également que l’arrivée massive de touristes occasionne une pollution que cherchent à combattre des ONG.

Elle est souvent invitée par des Tibétains à l’hospitalité chaleureuse.

Elle rencontre Tenzing Rabten pour faire le point sur les parrainages et les actions en cours ou à venir.
- Pour le hall communautaire de Chumur, une demande pour l’achat d’un fauteuil symbolique du Dalaï Lama (important pour leur croyance) est formulée.
- Pour la maison de personnes âgées, il faudrait acheter de la literie neuve pour 62 personnes (les bâtiments vont être refaits) en plus d’un équipement de 10 panneaux solaires.

JPEG - 128.9 ko
Personne âgée de Chumur

Entre-temps, Maëlle croise une ONG qui lui confie une petite mission : faire une enquête sur le statut des femmes dans les petits villages. Rendez-vous est pris pour février 2007 où elle va travailler à nouveau pour cette organisation.

Après le Ladakh, elle se rend en Himachal Pradesh. Elle rencontre à Patlikuhl, Norgyal, le responsable du TCV painting school. L’école n’accueillait avant qu’une centaine d’élèves suivant un apprentissage de peintures traditionnelles tibétaines (thangkas). Elle a aujourd’hui doublé son effectif par l’installation d’une autre école de couture qui se situait avant à Bir, et seuls 90 élèves sur 237 sont parrainés. Il sollicite donc de l’aide à ce sujet, ainsi qu’au sujet de l’achat de peintures faites par les élèves de dernière année, qui leur fournirait un revenu en plus.

JPEG - 131.4 ko
Elève de Patlikuhl

Il soumet également les projets suivants : exposition à Manali de peintures et de thangkas, achat d’un véhicule pour se rendre à Kullu acheter des tissus, installation de l’arrivée d’eau au premier étage de la maison de personnes âgées.

Elle se rend ensuite à Bir et prend contact avec une école qui a un projet de rénovation des toits du bâtiment (il pleut dans les salles). Il faudrait également acheter des matelas pour les salles de classe.

JPEG - 69.3 ko
Ecole de Bir

Après ces contacts, elle se rend à Dharamsala à la mi-octobre, et y achète de l’artisanat pour notre association et l’envoie par bateau ; l’AEMT devrait le recevoir dans un délai de 3 à 4 mois. Puis elle rencontre Karma Tinlay, responsable des TCV, qui lui expose de nouveaux projets. Ils font le point sur la bibliothèque de Gopalpur et les actions sur Dehradun et Mussorie.

JPEG - 101.7 ko
Bibliothèque de Gopalpur

Maëlle continue son périple et se rend à Chandigarh. Elle y visite le foyer médicalisé. Les travaux sont finis mais il leur manque de l’argent pour acheter une quinzaine de lits. Ils peuvent désormais accueillir de nouveaux patients dans de bonnes conditions. Il leur manque aussi un véhicule pour se rendre à l’hôpital.

JPEG - 61.4 ko
Foyer médicalisé de Chandigarh

Elle rejoint ensuite Mussorie où elle rencontre Kalsang Namgyal, responsable des parrainages. Elle visite la Old People Home, gérée par la Tibetan Home Foundation, et repère les oreillers que l’AEMT a financés. 140 personnes en ont bénéficié (résidant dans les Old People Home de Mussorie et de Rajpur).

La Tibetan Home Fondation projette de restructurer l’école pour construire des maisons d’enfants plus proches de l’école, car leurs bâtiments sont dispersés dans Mussorie (contrairement aux TCV). Cependant les responsables préféreraient des parrainages car beaucoup d’enfants n’ont pas de sponsors.

JPEG - 60.1 ko
Tibetan Home Foundation - Mussoorie

Enfin, elle rencontre Tsegyal Dranyi, le directeur de Ngoenga School à Dekyling, près de Dehradun ; cette école accueille 43 enfants et prévoit d’en accueillir 50. L’aide de l’AEMT a permis l’achat d’un set d’ordinateur, la rénovation des toilettes et une roue pour faire des exercices d’épaule. Le terrain de jeux n’était financé que partiellement et, si d’ici mars prochain, la totalité du montant du projet n’est pas réuni, l’école investira l’argent déjà disponible dans de nouveaux jeux d’extérieur.

JPEG - 327.5 ko
Roue pour les exercices d’épaules
JPEG - 262.7 ko
Ordinateur et ses accessoires

Le périple de Maëlle pour l’AEMT se termine. Elle s’accorde deux semaines de détente dans le Rajastan avec ses proches venus la rejoindre, avant de rentrer en France à la mi-décembre.

De prochaines missions pour le Ladakh sont prévues pour mi-février. Maëlle travaillera cette fois pour une ONG qui œuvre dans le domaine des énergies renouvelables.


Aide et Espoir pour le Monde Tibétain | Les parrainages | Les actions de développement en Inde | Les activités de soutien à la cause tibétaine | Agenda | Faire connaissance avec le Tibet | Actualités sélectionnées par l’AEMT |
Plan du site | Contact |SPIP |