Aide et Espoir pour le Monde Tibétain

Accueil > Actualités sélectionnées par l’AEMT > Evasion de l’enfer du Tibet
Evasion de l’enfer du Tibet

Nouvelles de la fusillade de 2006 dans l’Himalaya. Article paru sur Agoravox le 1er février 07.

Voir en ligne : http://www.agoravox.fr/article.php3...

« International Campaign for Tibet » vient de révéler que les Tibétains détenus après la fusillade, fatale pour une nonne et un jeune tibétain, à la frontière tibéto-népalaise fin septembre ont été battus et maintenus en détention plusieurs mois. Le 30 septembre, la police chinoise a arrêté 32 Tibétains dont 10 enfants de 8 à 15 ans. Selon Samten, un jeune tibétain du groupe, maintenant en exil, les adolescents et les adultes ont été sévèrement battus avec des bâtons de caoutchouc, torturés avec des aiguillons électriques pour le bétail et mis aux travaux forcés.

La fusillade a eu lieu au col de Nangpa-La à 5700 mètres d’altitude, observée et filmée par des alpinistes qui virent les militaires chinois s’agenouiller, viser et ouvrir le feu sur un groupe de 75 Tibétains sans défense comprenant des femmes et de jeunes enfants. Quarante et un Tibétains ont pu traverser la frontière et rejoindre l’Inde. Samten dit que son groupe de 32 - tous âgés de moins de 20 ans - voyageait derrière le premier groupe quand la fusillade a éclatée. Leur guide leur a demandé de se cacher derrière les rochers et d’attendre qu’il examine le terrain. Il n’est jamais revenu, et le groupe a attendu trois jours dans la neige jusqu’à épuisement de leur nourriture, puis ils tentèrent à nouveau le passage.

Les policiers chinois ont à nouveau tiré dans leur direction. Ils se sont rendus. Arrêtés, ils ont été lancés dans un camion. A l’intérieur il y avait le cadavre d’une nonne et un homme blessé qui avait des chiffons liés autour d’une blessure de balle à la jambe.

Emmené dans un centre de détention dans la ville tibétaine de Dingri, proche de la frontière népalaise, ils ont été questionnés et torturés pendant trois jours. Ils furent frappés de très nombreuses fois avec un aiguillon électrique pour bétail. « Ils ont continué jusqu’à ce que je m’évanouisse » déclare Samten, ajoutant que la police lui a demandé à maintes reprises d’identifier la religieuse décédée. Dans le groupe, 13 enfants de moins de 15 ans n’ont pas été battus mais furent interrogés. On leur a demandé s’ils savaient qui est le Dalaï Lama, pourquoi ils se sont échappés du Tibet, et l’identité de leurs guides à la frontière. Les parents d’enfants du groupe ont pu les recueillir après paiement d’une amende. Ceux qui n’ont pas été recueillis par leurs parents ont été retenus plus de trois mois.

Après ces trois jours, les prisonniers, y compris les enfants, ont été transférés à la prison de Shigatsé, la deuxième grande ville du Tibet. Ils ont encore été questionnés, enchaînés à un mur. « Un garde portant un gant en métal nous frappait à l’estomac » déclare Samten.

Ils ont été détenus là-bas pendant 48 jours durant lesquels ils ont dû creuser des fossés, construire des clôtures et cultiver des champs.

Samten a été relâché, ainsi que d’autres Tibétains du même groupe. Il est possible que certains d’entre eux soient encore en détention.

Après avoir été remis aux membres de sa famille par les autorités chinoises, Samten a à nouveau essayé de fuir le Tibet et l’enfer de ses prisons, cette fois avec succès. Il se trouve maintenant à Dharamsala.

France Tibet Ile-de-France


Aide et Espoir pour le Monde Tibétain | Les parrainages | Les actions de développement en Inde | Les activités de soutien à la cause tibétaine | Agenda | Faire connaissance avec le Tibet | Actualités sélectionnées par l’AEMT |
Plan du site | Contact |SPIP |